Publikationen


Mères seules - Action publique et identité familiale

31.Dezember 2012

Anne-Laure Garcia

Edition: Presses Unviersitaires de Rennes
Collection: Des sociétés
ISBN: 978-2-7535-2661-7

Mères seules

Action publique et identité familiale

La maternité : affaire de famille ou affaire d’État ? Au carrefour de la sociologie de la famille, de la sociologie du droit, de la sociologie de l’action publique et de la sociologie historique, Anne-Laure Garcia met en lumière les croisements et les interactions entre action publique et identité familiale à partir du cas des mères seules célibataires en France et en Allemagne(s) au XXe siècle (Pays-de-la-Loire, Thuringe, Schleswig-Holstein).



“Le Bons Sens, revue de l’Entr’Aide Psycho-sociale Féminine d’Eure-et-Loir (1949-1974). Contribution à l’histoire de la vie quotidienne en hôpital psychiatrique”, Criminels, soldats, patients en psychiatrie XIXe-XXe siècles (sous la direction de Laurence

31.Dezember 2012

Emmanuel Delille

Artikel



Die Grenze und ihre Schranken. Das kritische Potential einer Anthropologie des rechten Maßes

31.Dezember 2012

Alexis Dirakis

Politische Philosophie
Philosophische Anthropologie. Themen und Positionen
Edition: Verlag T. Bautz
Collection: Philosophische Anthropologie. Themen und Positionen
ISBN: 978-3-88309-823-4

http://bautz.de/neuerscheinungen-2013/9783883098234.html



Die natuerlichen Grenzen des Sozialen und die soziale Strukturierung des Natuerlichen. Helmuth Plessner und Claude Lévi-Strauss im Gespräch

11.Dezember 2012

Alexis Dirakis

Edition: Oldenbourg Akademieverlag
ISBN: 978-3-05-004473-6

Abstract: Despite the similarities in their intellectual careers and personal lives, the works of Claude Lévi-Strauss and Helmuth Plessner reflect a deep antagonism in their theoretical approach to human condition. In this article we will discuss the historical, political and epistemological reasons of this divergence which their anthropologies structurally reflect. However, we will endeavour in a second part to conceive a possible convergence of these two theoretical approaches to human of the basis of a Lévi-Straussian reading of Plessnerian anthropology (from its formalistic synthesis) as well as of an anthropological-philosophical interpretation of structuralism. Finally, we discuss the fact that, aware of the too one-sided dimension of their perspectives on man, both thinkers evoke in their late work the need to compensate for it by an approach which is exactly its opposite; advocating in this way - without suspecting it - a thought about man based on the articulation of their respective anthropologies

Herméneutique critique. Bollack, Szondi, Celan.

30.September 2012

Denis Thouard

Edition: Septentrion, Presses Universitaires.
Collection: Opuscules
ISBN: 2-7574-0405-9

Réflexion sur la méthode de l'interprétation des œuvres, l’herméneutique critique s’attache à restituer dans son contexte historique la visée des auteurs. Pour elle, les œuvres ne sont pas des représentants d’une entité préexistante, que ce soit une tradition, un esprit national, une ontologie ou une révélation, mais des actes d’innovation. En instaurant une distance par rapport à un contexte, une œuvre se constitue dans sa puissance de dire. Elle est porteuse d’une subjectivité, d’un jugement marquant cette distance. L’herméneutique critique prend en compte cette distance introduite par l’œuvre, qui est aussi une puissance de rupture.
L’herméneutique critique a été exemplairement développée par le comparatiste Peter Szondi et le philologue Jean Bollack. En introduisant leur rapport au poète Paul Celan, qui leur était proche, l’ouvrage reconstitue un contexte intellectuel original et peu connu en France entre l’héritage de la Théorie critique sensible chez Szondi, la poésie de Celan et le renouvellement de la philologie conduit par Bollack. La réflexion théorique est ainsi replacée dans un contexte international caractérisé, dans les années 60 et après, par le besoin de réintroduire la dimension de l’histoire dans les formes abstraites de l’expression et de l’analyse.



Réciprocités sociales. Lectures de Simmel

30.September 2012

Gregor Fitzi

Edition: PUM
Collection: Sociologie et sociétés


Intersectionality und Kritik. Neue Perspektiven für alte Fragen.

25.September 2012

Vera Kallenberg , Meyer, Jennifer; Müller, Johanna M.

Edition: Springer VS
ISBN: 978-3-531-17726-7

Die bisherigen Debatten um Intersectionality haben gezeigt, dass sich eine kontextunabhängige Definition von Intersektionalität nicht angeben lässt. Darüber hinaus bezeugt das ungebrochene Interesse an dieser Debatte, dass es eines kritischen Reflexionsinstrumentes von Ungleichheit und Differenz in Wissenschaft und Politik bedarf. Was also ist das Verhältnis von Intersektionalität und Kritik respektive kann Intersektionalität kritisch sein?

Dieser Band behandelt die Frage in dreierlei Hinsicht: Erstens wird Intersectionality im Spannungsfeld von wissenschaftlichen und politischen Praktiken analysiert. Zweitens wird Intersectionality als Methodenreflexion, das heißt als Kritik an herkömmlichen Methoden der jeweiligen Disziplinen, präsentiert. Drittens werden Ansätze diskutiert, die Intersectionality als kritisches Instrument für die Reflexion von Geschichte und Gesellschaft fruchtbar machen.



Die zwei Leben des Anton Saefkows: kommunistischer Widerstandskämpfer und sozialistischer Held (1903-1944) Biographische Skizzen und Frage der Erinnerung

31.August 2012

Constance Margain


Anton Saefkow ist eine wichtige Figur des kommunistischen Widerstands gegen den Nationalsozialismus in Deutschland. Im April 1933 wurde der erfahrene Kämpfer der Kommunistischer Partei Deutschlands (KPD) verhaftet. So begann eine Landreise durch abwechselnde Phasen mit Widerstand und Einsperrungen bis seiner Hinrichtung durch die Nazis 1944. Dieser Leidensweg wird in Ostdeutschland ab 1949 verwendet, um das Portrait eines vorbildlichen Sozialisten darzustellen. Anton Saefkows Leben schafft durch eine geschickte Propaganda, die in der DDR in allen Bereichen des Lebens herrschte, eine heroische Erinnerung an den Dienst der politischen Macht in der DDR.



Trajectoires des modèles nationaux

30.Juni 2012

Olivier Giraud , Dupré, Michèle / Lallement, Michel

Edition: Peter Lang
Collection: Travail & Société - Work & Society - Band 71
ISBN: 978-90-5201-863-8 br.

Tout militait jusqu'il y a peu en faveur de la disparition des États-Nations. La globalisation n'a-t-elle pas rendu les frontières bien illusoires ? Que peuvent donc faire les gouvernements face à des acteurs économiques et des marchés financiers qui se gaussent des règles et des réalités nationales ? Sur un versant plus positif, l'Europe a nourri l'espoir d'un espace commun qui transcende les intérêts des nations. Les crises de 2008 et de 2011 ont ruiné cette espérance et redonné droit, en dépit de négociations précipitées, aux égoïsmes nationaux et aux rapports de force. Et si, par-delà les récentes péripéties d'un capitalisme en crise, les modèles nationaux n'avaient jamais cessé de suivre des sentiers de développement qui leur sont propres ?
Ce livre explore cette hypothèse iconoclaste, qui vient de trouver ces dernières années une actualité inattendue. Il s'instruit pour cela d'une comparaison systématique des nouvelles réalités qui caractérisent l'Allemagne et la France, ce vieux couple en perpétuelle recomposition. Il met plus exactement l'accent sur les transformations à l'oeuvre sur moyen terme dans le champ du travail, de l'emploi, des relations professionnelles et de l'action publique. Il apparaît à l'évidence que, si elles peuvent expliquer certaines options d'aujourd'hui, les oppositions anciennes ont désormais fait long feu. En dépit d'injonctions et de tendances qui leur sont communes (la flexibilité, la décentralisation, la financiarisation, etc.), l'Allemagne et la France se sont transformées selon des rythmes et des modalités qui continuent de différencier ces deux pays.
L'examen est mené par des contributeurs issus d'horizons variés. Ils sont allemands, français, anglais et américains mais aussi économistes, historiens, politistes et sociologues. À partir de terrains et de perspectives dont ils sont spécialistes, tous proposent de réviser sans complaisance l'intérêt de la notion de modèle national. À condition d'être utilisée dans une perspective dynamique, celle-ci s'avère utile pour appréhender les transformations de nos temps présents et pour nous aider, également, à repenser celles d'hier.
Inhalt

Contenu :

Michèle Dupré/Olivier Giraud/Michel Lallement : Introduction. Les modèles nationaux en débat. Des perspectives analytiques aux enjeux de démocratie - Frédéric Rey : Qu'est-ce qu'un modèle ? Définitions, usages et enjeux - Antoine Bevort : La tradition sociologique et le modèle social français - Michèle Dupré : Contribution et réactions de la sociologie industrielle allemande à l'institutionnalisation de la Mitbestimmung im Unternehmen - Gilles Pollet : Sociogenèse de l'État social français. La société civile contre - ou tout contre - l'État ? - Hartmut Kaelble : Les relations entre sociétés française et allemande depuis 1945 - Catherine Marry : Les comparaisons France/Allemagne au prisme du genre. Pour une critique des modèles nationaux - Sabine Rudischhauser : Les conventions collectives, regards croisés sur la fondation des modèles sociaux - Michèle Dupré/Olivier Giraud/Michèle Tallard/Catherine Vincent : Dynamique d'institutionnalisation des rapports de pouvoir dans l'entreprise en France et en Allemagne (1945-1982) - Ingrid Artus : À l'ombre des institutions. Les entreprises sans organe de représentation du personnel en France et Allemagne - Michel Lallement : Temps et nouvelles frontières du travail en Allemagne et en France. Entre évolutions transverses et idiosyncrasies nationales - Rudi Schmidt : Le modèle allemand des relations professionnelles et ses crises d'adaptation - Eckhard Heidling/Annette Jobert : Dissolution dans les territoires ou réinvention par les territoires des modèles français et allemand de dialogue social ? - Olivier Giraud/Arnaud Lechevalier : L'évolution des modèles allemand et français d'emploi depuis quinze ans. Des segmentations différenciées - David Marsden : Modèles nationaux et transformation des formes des relations de travail - Jonah D. Levy : Conclusion.

Autorenangaben

Michèle Dupré est chargée de recherche au Centre Max Weber (Univ. Lyon 2, CNRS). Ses travaux portent sur l'analyse comparée des formes d'organisation du travail et des transformations des tissus industriels et des territoires.
Olivier Giraud est chargé de recherche au Lise (CNAM, CNRS) à Paris. Il est spécialiste d'analyse comparée des politiques de la formation, de l'emploi et du care en Europe.
Michel Lallement est professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers (Paris) et membre du Lise-CNRS. Ses travaux portent notamment sur l'analyse comparée des formes d'organisation du travail et des marchés du travail.



An-Institut

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin