Séminaire central

Véronique Le Ru: La difficile cohabitation dans un milieu vivant

28 novembre | 10h00

Véronique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP): La difficile cohabitation dans un milieu vivant

Pour penser l’écologie en philosophes, avant de parler de cohabitation dans un milieu vivant, il s’agit d’analyser ce qui rend la cohabitation possible. A quelles conditions un milieu est-il partageable ? Il faut qu’il soit habitable, terme qui se décline en deux significations : soit, c’est la qualité de ce qui offre un espace suffisant à occuper ; soit, c’est la qualité des conditions favorables qu’on rencontre dans un espace. Or il faut tenir ensemble ces deux sens pour penser un milieu vivant partageable. En effet, le premier sens implique que chaque individu ou groupe d’individus d’un milieu vivant puisse se faire sa place pour y vivre commodément. Ce premier sens est corrélé au deuxième : chaque individu ou groupe d’individus doit trouver dans le milieu vivant suffisamment de ressources pour y vivre commodément. Mais il doit y avoir une régulation de la, ou plutôt des populations, sinon le milieu n’est plus habitable. C’est cette régulation qu’il faut interroger plus avant dans notre réflexion sur ce qui rend un milieu habitable par des humains et des animaux..


Commentaire: Andrea Angelini (Univ. Paris 8).

Lieu

Hybride : Germaine-Tillion Saal & Online