Atelier de recherche

Rasha Salti: Le travail de traces, archives en lutte I. La question de l’archive dans une perspective curatoriale

24 janvier | 14h30

DREAM Seminar: Le script de la révolte. Écritures, consignations, transcriptions dans des mondes en révolution

Séance 2
Le travail de traces, archives en lutte I. La question de l’archive dans une perspective curatoriale

Avec : Rasha Salti, Curatrice d’art et de cinéma (Beyrouth, Berlin)

Modération : Kinda Chaib, Anthropologue (ERC DREAM, CHS, Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Séance en français

Inscription : dream@cmb.hu-berlin.de

Plus amples informations : http://dream.hypotheses.org/



Description du séminaire :

Le séminaire semi-public du projet DREAM, “Le script de la révolte. Écritures, consignations, transcriptions dans des mondes en révolution”, se concentre cette année sur l’écrit. Nous nous proposons de faire place à une réflexion plurielle sur la place des textes, des traces écrites, de l’accompagnement par la consignation des moments révolutionnaires dans le monde arabe méditerranéen à partir de la deuxième moitié du XXe siècle.

Cette exploration se centrera sur des gestes qui ont toute leur place dans l’étude de cheminements révolutionnaires collectifs : ceux qui proposent de laisser trace, que celles-ci soient minuscules et éphémères ou qu’elles constituent des sommes, des témoignages, des ressources.

Le séminaire est tourné vers les archives, les bibliothèques et les espaces de savoir, il interroge la place de la littérature et de l’engagement, et il tente de tracer lui-même une ligne de réflexion entre pratiques de l’écrit et terrains de la révolte. D’une certaine manière, nous tenterons ce semestre de dépasser l’opposition entre la lettre et la pratique pour comprendre comment elles se rejoignent au cœur de l’action.

Ainsi, c’est une forme de script de la révolte que nous chercherons à dégager ensemble ; c’est-à-dire à la fois un fil de l’écriture qui raconte et une consignation minutieuse qui fait trace. Nous cheminerons aussi à travers les différents supports de l’écrit, des murs aux écrans des ordinateurs, du papier au téléphone portable, des journaux aux matériaux que l’on peut se procurer dans les cellules des prisons. L’écrit est aussi le lieu où se développent des rapports entre les pouvoirs et les sociétés, des formes de police, comme des formes de subversion.

Si la “délinquance graphique” (Philippe Artières) est une invention moderne, elle ouvre un terrain de confrontation qui ne cesse de se renouveler à travers tous ces supports. Ceux-ci disent également quelque chose sur notre travail de chercheuses et de chercheurs, en prise avec les traces. Nous nous proposons ici de nous détourner un peu des mots et de leurs sens pour comprendre comment ils arrivent sous nos yeux, et la bataille à laquelle ils nous permettent d’assister.

Contact

Dorothee Mertz
mertz  ( at )  cmb.hu-berlin.de

Lieu

Zoom