Frontières fantômes en Europe centrale et orientale

Responsable : Béatrice von Hirschhausen

Projet financé par le Ministère fédéral allemand de la recherche (BMBF)

Durée du projet : février 2011-janvier 2017

En partenariat avec l’Institut für Geschichtswissenschaft de l’Université Humboldt de Berlin, le Zentrum Moderner Orient à Berlin et l’Institut für Geschichte de la Martin-Luther-Universität de Halle.

L’idée originale de « frontières fantôme » renvoie aux traces laissées dans les sociétés contemporaines par des frontières historiques ou par des structures spatiales, établies au fil des recompositions géopolitiques successives, particulièrement nombreuses dans l’aire centre et est européenne. Leur tracé réapparait parfois de manière étonnante dans la géographie des États actuels. Des travaux antérieurs ont pu montrer que les différences régionales dans les représentations et les pratiques des sociétés locales pouvaient reprendre le tracé de lignes de discontinuités culturelles et politiques apparemment révolues, mais on dispose de peu de schémas explicatifs pour comprendre ces mécanismes de rémanence.

Le réseau de chercheur vise notamment à favoriser la confrontation de travaux issus des traditions historiographiques différentes pour développer à partir d’études de cas de nouveaux schémas originaux de pensée des différences en Europe. Ce réseau de recherche coordonne le travail d’une vingtaine de chercheurs et chercheuses. Il projette des colloques, séminaires et conférences et la publication de monographies et d’ouvrages collectifs.

Voir le site dédié au projet.