Dr. Johara Berriane | Chercheuse

Mobilités, Migrations, Recomposition des espaces
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: berriane  ( at )  cmb.hu-berlin.de Tél: +49(0) 30 / 20 93 70700

Institution principale : Centre Marc Bloch | Position : Chercheuse | Discipline : Anthropologie |

Biographie

 Après des études d’anthropologie historique, de science politique et d’islamologie à la Albert-Ludwigs-Universität Freiburg i. Brsg. (Magister Artium), Johara Berriane a soutenu une thèse de doctorat à la Berlin Graduate School Muslim Cultures and Societies, Freie Universität Berlin. Elle a été chercheuse invitée à l’International Migration Institute d’Oxford, postdoctorante à la Chaire d’études africaines comparées de Rabat (EGE) et postdoctorante dans le programme transnational « La bureaucratisation des sociétés africaines » de l’Institut historique allemand de Paris et du Centre de recherche sur les politiques sociales et domicilié à Dakar. 

Ses travaux portent sur le lien entre mobilité, migration et religion dans les villes africaines. Elle s’intéresse tout particulièrement aux effets des circulations sur la production d’espaces religieux et au rôle des institutions confessionnelles (chrétiennes et musulmanes) dans l’encartement des identités de migrants et la gouvernance de leurs mobilités. Ces  terrains de recherche se situent au Maroc, au Sénégal et en Côte d'Ivoire.

Acteurs religieux, matérialité et gouvernance des mobilités africaines

Ce projet de recherche étudie le rôle des institutions confessionnelles dans la gouvernance des migrations africaines. Il part de l’hypothèse que les groupes religieux – comme d’autres acteurs non-étatiques - participent à la gestion des déplacements de migrants, en encadrant leur fidèles en migration et en facilitant l’accès des migrants aux droits, services et biens.  Dans un premier temps, sont étudiées « de l’intérieur » les institutions religieuses et leurs fonctions comme espaces d’encadrement, d’appartenance et d’engagement pour des fidèles migrants. Je m’interroge ensuite sur le rôle caritatif de ces institutions, au-delà de la communauté des fidèles et ses effets sur l’identification et l’encadrement des migrants. Enfin, une attention particulière est accordée à la production et l’usage des documents bureaucratiques aussi bien dans les processus d’institutionnalisation « internes » et la fabrique du groupe que dans le travail humanitaire. Ce projet porte sur une étude de terrain multisite dans des espaces confessionnels chrétiens et musulmans à Rabat (Maroc), Dakar (Sénégal) et Abidjan (Côte d'Ivoire). 

Dieses Forschungsprojekt befasst sich mit der Rolle von konfessionellen Institutionen bei der Governance afrikanischer Migrationen. Es wird von der Annahme ausgegangen, dass sich religiöse Gruppen – wie auch andere nicht-staatliche Akteure – an der Steuerung von Migrationsbewegungen beteiligen, indem sie Menschen während der Migration unterstützen und ihnen den Zugang zu Rechten und Dienstleistungen erleichtern.

In einer ersten Phase werden die religiösen Institutionen „von Innen“ untersucht und ihre Funktionen als Räume der Betreuung, Zugehörigkeit und Engagement für Migranten dargestellt. Gleichzeitig wird nach der karitativen Rolle dieser Institutionen gefragt, welche sich nicht nur auf die Gemeinschaft der Gläubigen bezieht.  Zusätzlich werden die Auswirkungen dieses Engagements auf die Identifizierung und Betreuung von Migranten untersucht. In dieser Forschung wird der Materialisierung von religiöser Identität und der Rolle von religiösen bürokratischen Dokumenten, sowohl bei dem Institutionalisierungsprozess und der Schaffung eines Zugehörigkeitsgefühls innerhalb der religiösen Gruppen, als auch in der humanitären Hilfe der religiösen Akteure ein besonderes Augenmerk geschenkt.

Die Feldforschungen werden sowohl in christlichen als auch muslimischen Räumen in Rabat (Marokko), Dakar (Senegal) und Abidjan (Elfenbeinküste) durchgeführt.

 

Migrations en temps de crise du covid-19 – Quels effets et quelles conséquences pour l’action publique et sociale ?

Un groupe de travail du pôle de recherche « Mobilités, Migrations et Recomposition des espaces »

Face à la crise du covid-19, les pouvoirs publics comme d’autres agents dans les domaines sanitaire et social (par exemple les professionnels de l’action sociale et du soin, les fédérations caritatives, les associations de quartiers, les ONG) – ont été profondément ébranlés dans leur travail et leurs routines de régulation, d’administration et de care. Les réactions politiques à la pandémie évoluent avec le temps et varient en fonction des régimes étatiques, des structures de l’Etat social et des mesures sanitaires mises en place contre la propagation du virus et des partenariats locaux. Au Maroc, où un confinement généralisé, assuré par l’armée a été instauré pour plus de trois mois, l’Etat a été contraint à offrir des services sociaux à des groupes vulnérables peu ou pas pris en compte par les autorités publiques auparavant, dont les migrant.es vivant dans des campements ou sans-abris. En France, des réfugié.es et des sans-papiers, d’abord chassé.es de leurs bidonvilles vers les bords des autoroutes ou des friches urbaines, ont été en partie ensuite logé.es dans des hôtels réquisitionnés par les préfets ou les maires. Comme on a pu voir à certaines réactions aux vagues d’infections dans des abattoirs en Allemagne qui emploient un grand nombre de travailleur.es détaché.es, la pandémie met à la fois en cause les déficits, voire l’absence, de la protection sociale de ces derniers et en doute les régulations européennes du « travail en détachement » et de la coordination de la sécurité sociale en situation de mobilité intra-européenne. Par ailleurs, la crise du covid-19 met en lumière, notamment à travers les différentes situations des migrant.es, la prééminence et le poids des logiques de marché dans la définition des politiques sanitaires et sociales. Enfin, nous observons, dans plusieurs pays, la mise-en-œuvre de nouvelles formes de solidarités, mais aussi des changements dans le travail des professionnels de l’action sociale et du soin envers les migrant.es et autres personnes vulnérables, telles que des redéfinitions de catégories administratives et/ou d’instruments de l’action publique et d’intervention sociale.

 

Le groupe de travail « migrations en temps de crise du covid-19 – Quelles effets et conséquences pour l’action publique et sociale ? » est un espace d’échanges et de réflexion sous forme de rencontres régulières et de journées d’étude. Nos objectifs sont les suivants :

 

  • Rassembler des observations et des descriptions à la fois des situations des migrant.es et de la gestion politique et sociale de ces situations dans différents pays durant la pandémie et constituer ainsi des archives pour des recherches ultérieures.
  • Réfléchir sur les transformations à court et long terme que cette crise a provoquées, aussi bien pour les politiques migratoires et sociales et le droit que pour l’action publique et l’intervention sociale. S’intéresser aux transformations des modalités et des pratiques d’intervention.
  • Comparer la crise du covid-19 à d’autres crises politiques, étatiques, sanitaires, sociales et économiques, notamment dans une perspective de l’histoire des migrations, de l’action sociale et de la recomposition de frontières spatiales, des rapports de pouvoir et des asymétries dans la reconfiguration des frontières.
  • Envisager des questions de méthodologie sur la relation entre évènements et transformations longues par exemple.

Publications
  • Ouvrages

Ahmad al-Tijânî de Fès : un sanctuaire soufi aux connexions transnationales, Paris, L’Harmattan, 2016. http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=49190  

Studierende aus dem subsaharischen Afrika in Marokko. Motive, Alltag und Zukunftspläne einer Bildungsmigration, Diskussionspapiere des Fachgebiets Volkswirtschaft des Vorderen Orients, Nr. 103. Berlin, Klaus Schwarz Verlag, 2009. http://www.klaus-schwarz-verlag.com/index.php? title=Johara+Berriane%3A+Studierende+aus+dem+subsaharischen+Afrika+in+Marokko&art_no=DKP103&language=de

  • Articles dans revues à comité de lecture 

"Religion in Spaces of Transit: African Christian Migrant Churches and Transnational Mobility in Morocco". Journal of Intercultural Studies [published online Jun2020]. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07256868.2020.1778653?journalCode=cjis20 

„Transit, Einwanderung und Zirkulation. Geopolitische und sozioökonomische Faktoren der marokkanischen Migrationstransition“. Berliner Debatte Initial 28, Heft 4, 2017. https://shop.welttrends.de/e-journals/e-paper/2017-fl%C3%BCchtiges-europa/transit-einwanderung-und-zirkulation                                                                 

„Pilgrimage, spiritual tourism and the shaping of transnational ‘imagined communities’: the case of the Tidjani ziyara to Fez“, International Journal of Pilgrimage and Religious Tourism. Vol. 3, Issue 2, Article 4, 2015. https://arrow.dit.ie/ijrtp/vol3/iss2/4/ 

„Sub-Saharan students in Morocco: Determinants, everyday life and future plans of a high skilled migrant group”, Journal of North African Studies, Vol. 20, Issue 4, 2015.https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/13629387.2015.1065042    

„Intégration symbolique et ancrages sur l’ailleurs : les Africains subsahariens de Fès et leur rapport à la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî”, L'Année du Maghreb, XI, 2014.https://journals.openedition.org/anneemaghreb/2277                                           

„La ziyâra des tijanes sénégalais vers Fès: les diverses facettes d'un pèlerinage transnational“, HESPERIS TAMUDA, Vol. XLVII, pp. 131-150, 2012.

  • Chapitres d'ouvrage

"Les Marocains de l’Afrique de l’Ouest. Evolutions récentes d’une communauté en mouvement (Sénégal et Côte d’Ivoire)" in: Fondation Hassan II des Marocaisn résidents à l'étranger, "Marocains de l'extérieur - 2017", 2019. 

„The Moroccan ‘moment’: mobility and belonging in the transnational trajectories of sub-Saharan migrants“ in: Bakewell, Oliver und Landau, Loren (dir.), Forging African societies. Mobility, Integration and Belonging. Palgrave MacMillan, Basingstoke, 2018. https://www.palgrave.com/la/book/9781137581938#                                                                              

„When Senegalese Tidjanis meet in Fez: the political and economic dimensions of a transnational Sufi pilgrimage” in: Luig, Ute (dir.), Approaching the Sacred: Processions and Pilgrimages in an historical and intercultural perspective. Berlin, Topoi Verlag, 2018.https://edition-topoi.org/articles/details/when-senegalese-tidjanis-meet-in-fez-the-political-and-economic-dimensions-                                                                                                                                           

„Circulation de marchandises et réseaux commerçants transnationaux: l’interrelation entre pèlerinage tijânî, commerce et migration vers Fès“, in: Bava, Sophie (dir.), Dieu, les migrants et l'Afrique. Paris, l'Harmattan, 2018. 

„La formation des élites subsahariennes au Maroc“, in : Mokhefi, Mansouria und Antil, Alain (dir.), Le Maghreb et son sud: vers des liens renouvelés, Paris, CNRS Éditions/IFRI, 2012.

„Ahmad al-Tijani and his neighbours: the inhabitants of Fez and their perceptions of the Zawiya“, in: Desplat, Patrick und Schulz, Dorothea (dir.), Prayer in the City. Islam, Sacred Space and Urban Life, Bielefeld, Transcript Verlag, 2012.

  • Autres publications

„Entre ancrage local et connexions transnationales : pratiques, représentations et enjeux autour de la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî de Fès“, Etudes africaines comparées, 2, février 2016.

(avec Kristina Birke) „Marokko: Kein Land des Asyls?“ in: Felix Eikenberg und Friederike Stolleis (dir.), Jenseits von Lampedusa. Migration und Flucht im Nahen Osten und Nordafrika. Internationale Politikanalyse. Friedrich Ebert Stiftung, November 2015, p. 21-23. http://library.fes.de/pdf-files/iez/12088.pdf

„Les étudiants subsahariens au Maroc : des migrants parmi d’autres?“, Méditerranée. Revue géographique des pays méditerranéens, N° 113, 2009.

(avec Stephan Günter), Licht ins Dunkel. Studien über das Leben von Koranschülern im Sahel, Freiburg i. Br., Deutscher Caritasverband, 2010.

  • Billets de blog

Les cartes de baptême dans le voyage de migrants rencontrés au Maroc, https://ihacrepos.hypotheses.org/237

Quand l’Etat certifie l’appartenance religieuse : retour sur la conversion à l’Islam au Maroc https://ihacrepos.hypotheses.org/766

The Mediating role of religious paper documents: first findings from research in Morocco and Senegal https://trafo.hypotheses.org/tag/johara-berriane