Dr. Sarah Kiani | Assoziierte Forscherin

Mobilität, Migration und räumliche Neuordnung
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
E-Mail: sarahkianister  ( at )  gmail.com Tel: 0049 152 09 57 15 42

Position : Chercheuse associée | Fachbereich : Geschichte |

Biographie

Sarah Kiani est historienne et a soutenu en 2014 une thèse en histoire du genre à l'université de Berne concernant les liens entre le mouvement des femmes en Suisse et les mesures légales visant l'égalité des sexes (1975-1995). Après son master en histoire contemporaine suisse à l'université de Lausanne et son doctorat à l'université de Berne, elle a effectué un master en anthropologie visuelle à la Freie Universität de Berlin. Depuis 2009, elle réalise des films ethnographiques en lien avec ses thèmes de recherche. Sa recherche Post doctorale, pour laquelle elle a obtenu une bourse du Fonds national de la recherche Scientifique (FNRS - Suisse) porte sur  les liens entre Etat et homosexualités en RDA (1970-1990), sur la base d'archives de surveillance de la Stasi. Elle rédige actuellement le livre "Surveilled Bodies. Homosexuality in the GDR after Decriminalization (1970-1990)", à paraître chez Berghahn Books en 2020. 

Lebenslauf als Datei
Stipendium

Advanced Postdoc.Mobility du FNRS.

Bourse postdoc du Centre Marc Bloch.

Forschungsthema

Histoire du genre, mouvements sociaux, homosexualités, anthropologie visuelle.

Projekte

Homosexualités et surveillance d’Etat en RDA : Ruptures et continuités d’Est en Ouest

« Homosexualités et surveillance d’Etat en RDA : Ruptures et continuités d’Est en Ouest »

Mon projet post doctoral « Homosexualités et surveillance d’Etat en RDA : Ruptures et continuités d’Est en Ouest », consiste en une socio-histoire des liens entre Etat et homosexualités en République démocratique allemande (RDA) en interrogeant les pratiques de surveillance de la police politique (Staatssicherheit – Stasi). Je prépare un livre sur cette thématique qui a pour titre Surveilled Bodies. State Surveillance of Homosexuality in the GDR after Depenalization (1970-1990) qui paraîtra chez Berghahn Books (New York) en 2020. Cette recherche cherche principalement à répondre à trois questions : celle des spécificités de la RDA dans sa régulation des homosexualités dès les années 1970, celle de l’existence ou non d’une « politique homosexuelle » du parti au pouvoir (Sozialistische Einheitspartei Deutschland – SED) et celle d’une « libération » homosexuelle des années 1970 en RDA. Je cherche à répondre à ces questions en comparant des pratiques de surveillance des homosexuel-le-s dans les années 1970 et 1980 par la Stasi avec les pratiques de surveillance des homosexuel-le-s en RFA, mais également avant la création des deux Allemagnes, ce qui me permet de dégager des éventuelles spécificités de la surveillance opérée en RDA, mais aussi de repenser la question d’une « libération » des sexualités dès les années 1970. Mon travail postule une continuité entre les pratiques de surveillance à l’Est et à l’Ouest et sur la longue durée en démontrant que les pratiques de surveillance des homosexualités sont courantes en RFA (notamment avec les Rosa Listen) et déjà repérables dans la République de Weimar. Enfin, je démontre que les années post décriminalisation en RDA sont des années de « visibilisation » et de mise en discours des homosexualités par l’Etat, tout en opérant une différenciation entre une « bonne » et une « mauvaise » homosexualité.


An-Institut

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin