Dr. Emeline Fourment | Chercheuse associée

État, normes et conflits politiques
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: emeline.fourment  ( at )  gmail.com Tél: +49(0) 30 / 20 93 70700

Institution principale : Centre d'Etudes Européennes Sciences Po. Paris | Position : Chercheuse associée | Discipline : Science Politique |

Biographie

Emeline Fourment est docteure en science politique (spécialité sociologie politique comparée) depuis janvier 2021. Intitulée "Théories en action. Appropriations des théories féministes en milieu libertaire à Berlin et Montréal", sa thèse propose une sociologie du militantisme féministe libertaire et des théories féministes. Ses recherche actuelles portent sur les enjeux de justice que posent les violences sexuelles et sur les mobilisations sur les questions de santé. Elle enseigne par ailleurs à l'Université de Rouen.

Sujet de recherche

Sociologie des mouvements sociaux, études de genre, sociologie des idées politiques, sociologie de la santé, enjeux de justice et violences sexuelles, méthodes qualitatives

 

Titre de la thèse

Théories en action. Appropriations des théories féministes en milieu libertaire à Berlin et Montréal.

Résumé de la thèse

À la croisée de la sociologie du militantisme, de l’histoire sociale des idées politiques et des études de genre, cette thèse examine les appropriations des théories féministes dans les milieux libertaires berlinois et montréalais. La comparaison qu’elle propose repose sur deux enquêtes ethnographiques qui mêlent observations, entretiens biographiques et archives.
Ce travail souligne le caractère intellectualisé du militantisme libertaire, mettant en évidence une imbrication entre monde universitaire et milieu libertaire. Il montre également que plus les libertaires sont isolés de la vie politique de leur pays, plus ils et elles développent des modes d’action préfiguratifs, centrés sur la création d’espaces autonomes du reste de la société. Se penchant ensuite sur la manière dont les féministes libertaires articulent théorie et pratique, cette thèse met en lumière trois appropriations possibles (hétéronormée, lesbienne, sexuelle-intersectionnelle) de la théorie queer. Elle soutient alors que les appropriations des théories féministes sont façonnées par des processus de différenciation de sous-milieux libertaires autant qu’elles y participent. Enfin, ce travail analyse les mobilisations féministes contre les violences sexuelles internes aux milieux libertaires, et la manière dont celles-ci font intervenir les théories féministes matérialistes, queer et/ou intersectionnelle. Dans ce cadre, il montre que les théories ne peuvent être considérées isolément : elles apparaissent surtout sous des formes cristallisées dans des modes d’organisation (mixité ou non) et d’action (offensive ou pédagogie).

Institution de la thèse

Sciences Po Paris

Directeur de thèse

Florence Haegel

Activités

  • Dernières communications:

4 février 2021 : « Les pratiques préfiguratives libertaires à l'épreuve des violences sexuelles ». Dans le cadre du séminaire « perspectives féministes en sociologie politique » organisé par Pauline Chevalier, Emilie Lingat, Audrey Petit et Cécile Talbot au CERAPS à Lille.

15.11.2019 : « Rapports du militantisme féministe libertaire aux études de genre à Berlin et Montréal: entre appropriations, dépendance et rejet ». Dans le cadre du colloque « Universitaires et directions partisanes : interactions, connexions et circulations contemporaines », organisé par David Copello et Manuel Cervera-Marzal à la MSH (Paris).

18.01.2019 : « Queer/matérialisme: une question de générations? » [Queer/Materialismus: eine Frage von Generationen?]. Dans le cadre du séminaire de l'EHESS « Genre féminismes et mobilisations collectives » organisé par Florys Castan-Vicente, Bibia Pavard, Alice Romerio et Bérengère Savinel.

17-19.09. 2018: « Making Violence against Women Political: The Feminist Alternative Justice's Debates within the Autonomen Movement ». Dans le cadre de l'école d'été "Cooperation and self-government. Sociopolitical experiments in the nineteenth and twentieth centuries" organisée par Ludivine Bantigny, Anne Kwaschik et Sven Reichardt à l'Institut Historique Allemand de Paris.

  • Enseignements:

2019/2021

ATER dans le cycle universitaire préparatoire au concours des IEP de l'Université de Rouen. Enseignement de la sociologie (initiation à l'enquête ethnographique et aux grands textes de la sociologie) et de la science politique (préparation à l'épreuve de "Questions contemporaines" du concours commun des IEP sur le thème "Le secret").

semestre d'hiver 2017/2018

« Kulturelle Praxis sozialer Bewegungen in Frankreich und Deutschland ». [Pratiques culturelles des mouvements sociaux en France et en Allemagne]. Séminaire à l'Institut de science de la culture [Kulturwissenschaft] à l'Université Humboldt de Berlin ; dispensé avec Ulrike Zeigermann (niveau licence).

semestre d'hiver 2016/2017

« Was steckt hinter Buzzwords? Gesellschaftliche Problemkonstruktion und Diskurse [Que cachent les buzzwords? Construction sociale des problèmes et discours sociaux] ». Séminaire à l'Institut de science de la culture [Kulturwissenschaft] à l'Université Humboldt de Berlin ; dispensé avec Ulrike Zeigermann (niveau licence).

semestre d'automne 2015/2016

« La vie politique Française Contemporaine ». Chargée de cours von Dominique Reynié an Sciences Po. Paris (niveau licence).

« Egalité et Politique ». Teaching Assistant von Réjane Sénac an Sciences Po Paris (niveau master).

Membre du réseau de recherche "VisaGe" (violences fondées sur le genre) Marraine dans le cadre du projet FemEnRev (Féministes en revue)

Publications

(2020) « Femmes en noir. Stéréotypes de genre dans les blacks bloc ». La vie des idées [En ligne]: https://laviedesidees.fr/Femmes-en-noir.html

(2019) « 'Une 'dinosaure chercheuse' dans le milieu libertaire allemand. Effets d'une double casquette de chercheuse et de militante » Bulletins de méthodologie sociologique, 2019, 143 (1).

(2017) « Militantismes libertaire et féministe face aux violences sexuelles. Le cas de la gauche radicale de Göttingen. ». Sociétés Contemporaines, vol. 3 n°107, p.109-130.

(2017) « Le clivage matérialisme vs queer : un conflit générationnel ? La conciliation des approches féministes dans le militantisme féministe de Göttingen ». Nouvelles Questions Féministes, Dossier « Nouvelles formes de militantisme féministe », numéro 36/1, p. 48-65.

(2017) « 'Femmes, frappez en retour !' La lutte féministe contre les violences sexuelles en milieu militant, en France et en Allemagne ». Mouvements, vol 4. n°92. Co-écrit avec Hanaline Brel.