Catherine Gousseff Directrice

Catherine.Gousseff_[at]_cmb.hu-berlin.de
Tél: (+49) 030 / 2093 / 70700
Fax: (+49) 030 / 2093 / 70701


Discipline
Histoire

Biographie

Catherine Gousseff, historienne et directrice de recherche au CNRS, dirige le Centre Marc Bloch depuis 2015. Après une thèse à l’EHESS sur les réfugiés russes en Europe à l’issu de la Révolution russe, elle a passé son habilitation à diriger des recherches à l’Université Paris I en 2012 avec un travail sur les échanges de populations aux frontières polono-soviétiques de 1944 à 1947. Spécialiste des migrations forcées, des pratiques administratives et de la politique des nationalités dans l’espace soviétique, des frontières de l’Europe centrale et orientale et de leur reconfiguration autour de la Seconde Guerre mondiale, elle a dirigé de 2013 à 2015 le Centre d’Etudes des mondes russe, caucasien et centre européen (CERCEC, CNRS/EHESS). Auparavant, elle était entre autres membre du bureau directeur et du conseil du LabEx TEPSIS (2013-2015) et a codirigé le projet ANR « Les archives sonores du Goulag en Europe » au Centre Marc Bloch (2007-2011). Elle a travaillé pour différentes revues scientifiques, dont depuis 2005 les Cahiers du Monde russe.

Catherine Gousseff a enseigné à l’Institut d’Études Politiques (IEP) Paris, à l’EHESS et aux Universités Paris I et Paris III et a effectué de nombreux séjours de recherche en Russie, Pologne, Ukraine et aux États-Unis, entre autres en tant que fellow du Humanities Center de l’Université de Stanford. Son expertise a également été sollicitée au-delà de la sphère scientifique, entre autres en tant que juge assesseur représentante du Haut Commissariat des Réfugiés des Nations Unies à la Cour Nationale du Droit d’Asile (2000-2005 et 2013-2015) et comme chargée de mission sur l’Europe centrale à la Délégation aux Affaires stratégiques du ministère de la Défense (1998-1999). Elle dispose par ailleurs d’une longue expérience d’auteure et de responsable éditoriale dans le secteur encyclopédique au sein de grandes maisons d’édition telles que Larousse, La Découverte, Hachette ou Bordas.




Publications en PDF

1917 Historiographie, dynamiques révolutionnaires et mémoires contestées

01 juin 2017

Catherine Gousseff

Edition: Cahiers du monde russe
Collection: 58/1-2 | 2017
ISBN: 1777-5388

  • Catherine.Gousseff, Stefan Plaggenborg et Alessandro Stanziani
    1917 [Texte intégral]
    Historiography, revolutionary dynamics and disputed remembrance
  • Interviews

  • Historiographie

    Historiography
  • Dynamiques révolutionnaires

    Revolutionary dynamics
    • Liudmila Novikova
      Mezhdu politicheskim predstavitel´stvom i upravlencheskoi biurokratiei
      Le zemstvo de la région (oblast´) du Nord pendant la guerre civile : entre représentation politique et bureaucratie administrative
      The zemstvo of the Northern oblast´ during the Civil War: Between political representation and administrative bureaucracy
    • Peter Gatrell
      War, Refugeedom, Revolution [Résumé | Accès restreint]
      Understanding Russia’s refugee crisis, 1914‑1918
      La guerre, les réfugiés, la révolution ou comment comprendre la crise des réfugiés en Russie, 1914‑1918
    • Tamara Kondratieva
      La fin des révolutions [Résumé | Accès restreint]
      Raskol´nikov et Robespierre
      The end of revolutions: Raskol´nikov and Robespierre
  • Mémoires contestées

    Disputed remembrance


Europa vertikal - Zur Ost-West-Gliederung im 19. und 20. Jahrhundert

15 décembre 2016

Catherine Gousseff , Rita Aldenhoff-Hübinger, Thomas Serrier

Edition: Wallstein Verlag
Collection: Phantomgrenzen im östlichen Europa (hg. von Béatrice von Hirschhausen, Hannes Grandits, Claudia Kraft, Dietmar Müller und Thomas Serrier); Bd. 5
ISBN: 978-3-8353-1954-7

Über Logiken und Kontexte des Rückgriffs auf reale oder vermeintliche europäische Scheidelinien mit Nord-Süd-Verlauf.

Sowohl der Ribbentrop-Molotow-Pakt mit seinem berüchtigten vertikalen Federstrich quer über die Karte Europas als auch die Beschlüsse der Jalta-Konferenz spalteten den Kontinent nach der »Senkrechten«. Auch zwanzig Jahre nach dem Fall des Eisernen Vorhangs bleiben die West-Ost-Orientierung des europäischen Kontinents und die sie visualisierenden vertikalen Scheidelinien ein Wesensmerkmal der »Grenzen und Gliederung Europas« (Oskar Halecki). Es sind insbesondere die Flüsse mit ihrem partiellen, aber oft eben auch nur vermeintlichen Süd-Nord-Lauf, die auf der gesamteuropäischen mental map eine bemerkenswerte Rolle spielen.
Aus dem Inhalt:
Benjamin Schenk: Lemberg und Wolff revisited. Zur Entstehung und Struktur des Konzepts »Osteuropa« seit dem späten 18. Jahrhundert
Beata Halicka: Flüsse als »natürliche Grenzen« - das Erbe des europäischen Nationalismus am Beispiel Rhein, Oder und Weichsel
Catherine Gousseff: Vom Krieg erzwungen oder historisch gewachsen? Die Bug-San-Linie als vertikale Scheidelinie im östlichen Europa
Jarosław Janczak: Politische Verwerfungslinien als Phantomgrenzen in der Europäischen Union. Eine Neubetrachtung des Ost-West-Gegensatzes



Échanger les peuples - Le déplacement des minorités aux confins polono-soviétiques (1944-1947)

23 octobre 2015

Catherine Gousseff

Edition: Fayard
Collection: Fayard Histoire
ISBN: 9782213671895

En 1944, alors que les Allemands entament leur retraite généralisée du front oriental, le pouvoir soviétique décide d’un transfert massif de populations pour faire concorder la carte ethnique avec les nouvelles frontières à l’Est. Il s’agit d’échanger les populations ukrainiennes vivant dans les limites de la nouvelle Pologne avec les Polonais des territoires de l’Ukraine redessinée. De 1944 à 1946, près de deux millions de personnes désemparées se croisent, en route vers leur « patrie ». Face aux groupes nationalistes armés, aux nombreux réfractaires au départ, les représentants des autorités tant polonaises que soviétiques sont tiraillés entre les ordres d’en haut et les réalités locales. Comment a-t-on procédé pour engager, sur une base théoriquement volontaire et bilatérale, ce chassé-croisé de minorités ?
À partir d’archives et de témoignages inédits, Catherine Gousseff nous raconte cette histoire étonnante, peu connue et souvent poignante qui mêle l’expérience humaine des migrations « ethniques » de sortie de guerre à leur conception et leur mise en œuvre.