Dr. Julie Sissia | Chercheuse

Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: julie.sissia  ( at )  cmb.hu-berlin.de Tél: +49(0) 30 / 20 93 70700

Institution principale : Centre Marc Bloch | Position : Cheffe de projet scientifique Fonds de recherche franco-allemand sur la provenance des biens culturels d’Afrique sub-saharienne | Discipline : Histoire de l'Art |

Biographie

Julie Sissia, docteure en histoire de l’art de Sciences Po-Paris et de la Kunstakademie Düsseldorf, est cheffe de projet scientifique du fonds franco-allemand de recherche sur la provenance des biens culturels d’Afrique subsaharienne. Elle exerce cette fonction au Centre Marc Bloch e.V en tant qu’experte technique internationale (ETI) déployée par Expertise France pour le ministère des Affaires étrangères et de l’Europe (sur ce dispositif, voir le Portail de l'expertise).

En 2022, elle a été ETI cheffe de projet pour la structuration de la coopération muséale franco-allemande auprès du Deutscher Museumsbund (Berlin), où elle a notamment conçu et organisé la rencontre de professionnels de musées “collections issues de contextes coloniaux”. 

En 2023, elle a initié avec Margareta von Oswald l’"Académie des Traces, Comprendre, questionner et changer le passé, le présent et l'avenir des héritages coloniaux" - une formation continue destinée aux jeunes chercheurs et chercheuses et jeunes professionnel.le.s de musées (voir le site du projet : https://academiedestraces.com/).

Elle a coordonné l’appel à projets franco-allemand conjoint en sciences humaines et sociales ANR-DFG (2020-2022) et organisé le colloque anniversaire des 15 ans de ce programme réunissant plus de 90 intervenants, inauguré par une conférence de Bénédicte Savoy sur l’héritage colonial des musées en France et en Allemagne (voir le programme).

Elle a enseigné entre autres à Sciences Po, à l’Ecole du Louvre et à l’université de Fribourg (CH).

Elle est également titulaire d’un master 2 en philosophie de l’université Paris-4 et diplômée de l'Ecole du Louvre

Fichier avec CV
Sujet de recherche

Ses recherches portent principalement sur l’histoire de la critique d’art et des expositions, dans une perspective transnationale.

Sa thèse, soutenue en 2015 sous la co-direction franco-allemande (Sciences Po-Kunstakademie Düsseldorf) de Laurence Bertrand Dorléac et Siegfried Gohr, portait sur la réception de l’art de RDA et de RFA en France entre 1959 et 1989.

Elle a été lauréate de bourses postdoctorales du programme Women in Research (WiRe) de l’université de Münster (2020), de la Fondation Sigmar Polke (2019), assistant-curator de la rétrospective Hans Hartung au musée d’Art moderne de la Ville de Paris (2018) et chargée de recherches au sein du projet ERC « Ownreality » au centre allemand d’histoire de l’art (2011-2015).

Académie des Traces

Initiatrice avec Margareta von Oswald de l’Académie des Traces, une formation continue adressée aux jeunes chercheur.e.s, jeunes professionnel.le.s de musée et commissaires indépendant.e.s pour mieux comprendre le défi sociétal majeur que représentent les collections coloniales conservées par les musées en Occident.

Ce programme se déploiera en 2024 en trois temps :


-    Séminaire international en ligne, janvier-février 2024
-    Ecole de Printemps, Berlin, 18-24 mars 2024
-    Résidence et programmation publique conjointe à la Villa Médicis, Rome, 8-13 avril 2024

https://academiedestraces.com/index.html

 

Publications

(sélection)

 

Dernière publication

« Shaping Franco-German Cooperation in the Museum Sector. Julie Sissia talks to Antoinette Maget Dominicé », dans Santander Art and Culture Law Review, 9(2) 2023, à paraître en ligne.

 

Livre

Hans Hartung. La fabrique du geste, codirection du catalogue de l’exposition, Paris, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Flammarion/Paris-musées, 2019.

 

Chapitres d’ouvrages, articles

« Regards critiques, regards idéologiques. Les deux Allemagnes à la Biennale de Paris », dans 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris, éd. par Elitza Dulguerova, INHA, 2023.

 « Ottomar Domnick und Hans Hartung: Der Psychiater und sein Doppelgänger », dans Die Sammlung Domnick. Ihr Bestand und ihre Bedeutung für die Moderne nach dem Zweiten Weltkrieg, éd. par Klaus Gereon Beuckers et Charlott Hannig, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2023.

« Pain », entrée du Chosier, dans Les Choses, une histoire de la nature morte, cat. exp., éd. par Laurence Bertrand Dorléac, Paris, musée du Louvre, 2022.

« Topographies de l’écriture dans Anekdotomania : Daniel Spoerri über Daniel Spoerri (2001) », dans Topographies de Daniel Spoerri : l’artiste en ses réseaux / Daniel Spoerri’s Topographies: Networks of Exchange, édité par Déborah Laks et Jill Carrick, Heidelberg Library Press, 2022. (Passages online, Band 11), https://doi.org/10.11588/arthistoricum.826

 « Hans Hartung et Ottomar Domnick. Ami, modèle et miroir », Hans Hartung. La fabrique du geste, catalogue de l’exposition, Paris, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Flammarion/Paris-musées, 2019.

« Un classique du geste :Hans Hartung vu par la presse d’art contemporain dans la seconde moitié des années 1970 », Réalité autre, mais réalité quand même. Hans Hartung et l’abstraction, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, 2019.

« "L’Allemagne de Willi Brandt et de Rudi Dutschke" et la critique d’art française. Le numéro Spécial Allemagne des Chroniques de l’art vivant, 1970 », dans Regards croisés, n° 8 « Critique de l’art / Kunstkritik », 2018.

« Réel, Réalité et réalisme sous la plume de Raoul-Jean Moulin », Entre élection et sélection. Le critique face à ses choix, éd. par Jean-Marc Poinsot et Claire Leroux, Dijon, les presses du réel, 2017.

« Donner à voir l’art de RDA. Le critique d’art Raoul-Jean Moulin », Die DDR in den deutsch-französischen Beziehungen, éd. par Ulrich Pfeil et Anne Kwaschik, Peter Lang Verlag, 2013.

 « "Le théâtre est dans la rue" de Wolf Vostell. Un public artiste ? », dans Lettre du séminaire Arts et Sociétés, éd. par Laurence Bertrand Dorléac, n° 45,  Sciences Po, 2012, en ligne : www.artsetsocietes.org.