Dr. Mathias Delori | Chercheur

État, normes et conflits politiques
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: mathias.delori  ( at )  cmb.hu-berlin.de Tél: +49(0) 30 20 93 70 721

Institution principale : CNRS | Position : Chargé de recherche HDR | Discipline : Science Politique |

Biographie

Mathias Delori est chargé de recherche HDR au CNRS. Il a rejoint le Centre Marc Bloch en septembre 2020. Auparavant, il a travaillé dans les institutions suivantes: Sciences Po Bordeaux (chercheur CNRS de 2011 à 2020), la Colorado University Boulder (professeur invité de 2017 à 2019), l'Université de Montréal (postdoc en 2009-2010) et l'Institut Universitaire Européen de Florence (Max Weber Fellow 2008-2009). Mathias est aussi collaborateur scientifique du REPI de l'Université Libre de Bruxelles depuis 2015.

Fichier avec CV
Sujet de recherche

Les recherches de Mathias Delori portent principalement sur la construction sociale des amis et des ennemis dans les relations internationales. Il a travaillé de manière approfondie sur deux cas: les relations franco-allemandes au cours du XXe siècle (Peter Lang 2017) et les guerres occidentales contemporaines (ce qu'on appelle la "guerre contre le terrorisme" et les guerres dites "humanitaires") (Myriapode 2015; Editions Amsterdam 2020, à paraître). Parallèlement, Mathias a aussi effectué des recherches plus ponctuelles (et critiques) sur les approches positivistes des sciences sociales (Presses Universitaires de Rennes 2009).

 

Histoire des représentations expertes des bombardements aériens

Mon projet de recherche au Centre Marc Bloch porte sur l’histoire des représentations expertes des bombardements aériens. Ces représentations sont principalement produites par un domaine à cheval sur les champs académiques et militaires: les études stratégiques. L’objectif de mon travail est de comprendre le sens que ces experts donnent aux bombardements aériens depuis l’invention de cette technique guerrière au début des années 1910. Je fais l’hypothèse que ce sens a oscillé entre des registres techniques, militaires et moraux et que ces oscillations ont joué un rôle dans la stabilisation de la croyance dans l’utilité des bombardements aériens.

Ce que vaut une vie. Théorie de la violence libérale

05 mars 2021

Mathias Delori

Edition: Éditions Amsterdam
Collection: HORS COLLECTION
ISBN: 9782354802141

Le constat est connu : le contre-« terrorisme » guerrier est bien plus meurtrier que le mal qu’il entend combattre. Plus, il est désormais établi que les moyens qu’il met en œuvre – notamment les bombardements aériens et la torture, dont la pratique est pourtant dénoncée officiellement par les États mêmes qui en font usage – contribuent à nourrir la violence « terroriste ». Comment alors comprendre l’apathie qui mine les sociétés occidentales à ce sujet ?
Pour répondre à cette question, il faut appréhender comment les violences commises par les professionnels de la guerre de l’espace euro-atlantique sont naturalisées, autrement dit, comment se construit l’opposition entre des violences légitimes et d’autres illégitimes. Elle repose sur la constitution de populations entières en purs objets de discours : les « dégâts collatéraux » n’ont en effet pas droit à la parole. Livrant une enquête magistrale sur les discours et pratiques de la guerre contre le terrorisme, Mathias Delori met au jour la manière dont les sociétes libérales, sans déshumaniser totalement les victimes des guerres qu’elles mènent, hiérarchisent incessamment la valeur des vies humaines.


Camus et la montée aux extrêmes. Commentaires d’un politiste sur les Lettres à un ami allemand

09 septembre 2020

Mathias Delori

Artikel (Online)
Littérature
Edition: Armand Colin
Collection: Littérature
ISBN: 9782200933081

Les controverses sur le rapport d’Albert Camus à la violence ont surtout porté sur ses écrits relatifs au « terrorisme ». Cet article contribue à ces débats à partir d’une focale sur les Lettres à un ami allemand. Ces textes écrits alors que l’auteur participait à la Résistance entre 1943 et 1944 donnent à voir un Camus original, qui souligne que la violence constitue un problème moral mais appelle sans ambiguïté à la « destruction » de l’adversaire. Le propos est d’autant plus fort que l’Allemagne est littéralement en train de se faire détruire sous les bombardements alliés. Cette tension entre critique de la violence et consentement à elle conduit Camus à identifier plusieurs mécanismes de ce que les politistes appellent la « montée aux extrêmes ».

English

Camus and the rising to extremes. Comments of a political scientist upon the Letters to a German Friend

Controversies upon Camus’s relationship to violence mainly concerned his writings on “terrorism”. This article contributes to these debates in focusing on the Letters to a German Friend. These texts, written between 1943 and 1944, when the author participated in the Resistance, reveal an original Camus who emphasizes that violence constitutes a moral problem but requires unambiguously the “destruction” of the enemy. The word is all the more powerful as Germany is literally being destroyed under the Allies’ bombings. This tension between criticizing violence and consenting to it leads Camus to identify several mechanisms of what political scientists call the “rising to extremes”.


Publications

 

La plupart des publications de Mathias sont téléchargeables ici.