Dr. Olivier Allard | Chercheur associé

Mobilités, Migrations, Recomposition des espaces
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: olivier.allard  ( at )  ehess.fr Tél: +49(0) 30 / 20 93 70700

Institution principale : EHESS | Position : Maître de conférences | Discipline : Anthropologie |

Biographie

Sommersemester 2020: titulaire de la chaire Marc Bloch.

Olivier Allard est maître de conférences à l'EHESS et membre du Laboratoire d'anthropologie sociale depuis 2015. Après des études en sciences sociales à l'ENS Cachan et en ethnologie à l'Université de Paris-Nanterre, il a réalisé son doctorat en anthropologie sociale à l'Université de Cambridge (avec une thèse intitulée: Morality and emotion in the dynamics of an Amerindian society).

Spécialiste des Amérindiens des basses terres d'Amérique du Sud, il travaille depuis 2007 sur la région du delta de l'Orénoque (Venezuela et Guyana) et principalement sur la population Warao.

L'ambivalence de la citoyenneté dans une région frontalière sud-américaine: Amérindiens et États-nations en temps de crise

J’étudie la vie politique et sociale d'une région frontalière sud-américaine principalement habitée par des Amérindiens : la frontière entre le Venezuela et le Guyana est régulièrement traversée par des personnes (surtout des Vénézuéliens qui fuient l'effondrement de leur pays) et des marchandises (surtout du carburant en provenance du Venezuela et des marchandises apportées du Guyana) – même si elle est officiellement fermée. En effet, il s'agit également d’une frontière contestée, dont le versant guyanien est revendiqué par le Venezuela en tant que « Guayana esequiba ». Je m’intéresse à la place cruciale qu’occupent les Amérindiens dans cette zone frontalière : ils ont joué un rôle important dans la définition, la mise en œuvre et la contestation des frontières nationales, et ont été affectés de manière particulière par les projets de construction de la nation et de l’État. Cette question offre l’occasion de relier et de discuter deux concepts de citoyenneté légèrement différents. D’une part, les Amérindiens ont longtemps été traités comme des membres subalternes de la communauté, des mineurs qui doivent être protégés jusqu’à ce qu'ils atteignent la maturité politique, qui a été conditionnée à leur acculturation à la langue, aux normes et aux habitudes de la société nationale (créole). D’autre part, ceux qui habitent une région frontalière peuvent toujours être soupçonnés de rejoindre l’État voisin, c'est-à-dire d’avoir des loyautés incertaines et de subvertir potentiellement la communauté nationale : l’altérité intérieure peut toujours se convertir en véritable altérité extérieure. Trois axes principaux seront poursuivis, permettant de développer la comparaison au-delà de l’anthropologie sociale de l’Amérique du Sud : (1) les migrations entre États et entre régimes ethno-raciaux ; (2) un État rentier en crise ; (3) la mise en œuvre et les usages d’une frontière contestée.

Publications

Coordination de numéros de revue

Articles

Actes de colloque, notices d'encylopédie, autres publications

  • 2019 « Le palmier des marais. Remarques sur les usages d'un environnement inhabitable »,   G. Cometti, P. Le Roux, T. Manicone et N. Martin (dir.), Au seuil de la forêt. Hommage à Philippe Descola, l’anthropologue de la nature, Mirebeau-sur-Bèze, Éditions Tautem, 2019b, p. 52-64
  • 2016 « Anthropology of emotion », J. Jackson (ed.), Oxford bibliographies in anthropology, New York, Oxford University Press [online].
  • 2016 « Parenté », in Genre & sexualité: encyclopédie critique, J. Rennes (ed.), Paris, La Découverte, p. 439-448.
  • 2016 (avec A.-C. Taylor), « Traitement des cadavres et mémoire des personnes en Amazonie », in Qu’est-ce qu’une sépulture? Humanité et systèmes funéraires, de la préhistoire à nos jours, M. Lauwers & A. Zemour (ed.), Actes des 36e Rencontres internationales d’histoire et d’archéologie d’Antibes, p. 55-68.
  • 2016 « Transition vers la démocratie ou instauration d’une ère d’abondance ? Les Amérindiens, la politique et la “révolution bolivarienne” au Venezuela », in Transitions historiques, P. Allard, M. Heintz & C. Muller (ed.), Nanterre, Éditions de la MAE, p. 221-233.
  • 2013 « Pueblos indígenas e identidades de género : el dualismo sexual en cuestión », Sexología y sociedad 19(1) : 64-73.