Bruna Martins Coelho | Doctorante associée

Pensées critiques au pluriel. Approches conceptuelles de la recherche en sciences sociales
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: brunamartinscoelho  ( at )  tutanota.com Tél: +49(0) 30 / 20 93 70700

Institution principale : Université de Paris 8 - Vincennes/Saint Denis - Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie | Discipline : Philosophie , Histoire |

Fichier avec CV
Sujet de recherche

philosophie politique, histoire du Brésil au XIXe siècle, épistémologie des sciences médicales, épistemologies féministes et décoloniales, race studies

 

Titre de la thèse

La fabrique de la famille traditionnelle brésilienne: la médecine entre le Dieu et le Diable au pays du Soleil

Institution de la thèse

Université de Paris 8 - Vincennes/ Saint-Denis

Directeur de thèse

Guillaume Sibertin-Blanc

Le point de départ de cette recherche doctorale est un phénomène contemporain : l’importance croissante accordée aux discours familialistes-nationalistes dans la société brésilienne depuis la crise politique initiée en 2013. La place centrale accordée à la stabilité de la famille traditionnelle brésilienne pour l’avenir de la nation brésilienne n’est pourtant pas nouvelle. A travers une démarche généalogique, j’interroge comment le savoir-pouvoir médical a participé à la fabrication d’un modèle de famille présenté comme le fondement de la nation pendant la Première République (1889-1930). Appelée à répondre aux problèmes épidémiologiques et démographiques de la nation, intégrée aux mécanismes de contrôle social, la médecine a participé à « l'hygiénisation » (Rago : 1985) des cultures noire et indigène. Le « problème du noir » a alors émergé au sein du débat public : les classes dominantes se sont interrogées sur le destin d’une masse d’anciens esclaves, abandonnée à son sort suite à l’abolition (1888), non-intégrée au marché du travail libre suite à une politique migratoire censée blanchir le pays. Afin de se légitimer en tant que science positive, la médecine académique a mené un combat contre les savoirs traditionnels féminins, noirs et indigènes, considérés comme primitifs, irrationnels et nocifs. Parallèlement, la famille a émergé comme un objet du savoir médical, étant représentée comme une institution en crise et en danger (Costa : 1979). Partant d’une sélection de cas médicaux hétérogènes, retrouvés dans un corpus divers (thèses, articles médicaux, articles de presse, codes législatifs et un procès en sanctification marqué par la participation d’une expertise médicale), j’analyserai les dispositifs discursivo-pratiques de fabrication de ce modèle de famille structurellement raciste. Essentielle au maintien des hiérarchies sociales, l’application de ces dispositifs est aussi une réaction aux « dangers » représentés par les insurrections noires, populaires et les mouvements d’émancipation féminine du XIXe siècle.

À la frontière entre anthropologie et histoire, par sa méthodologie et les sources primaires adoptées, cette thèse examine ainsi les relations entre l’histoire de la sexualité et celle de la politique, notamment le rapport entre des événements politiques et conceptions normatives sur le sexe et la sexualité, considérant le normal et le pathologique comme des catégories discursives à la limite entre le médical et le politique. Ainsi, il est question d'examiner l’assignation différentielle de certains corps comme fondamentalement sains ou malades selon leur genre et leur race. Il convient aussi d’interroger dans quelle mesure cette opération participe à la fabrication de la nation (Dorlin: 2009). Considérant le développement de la médecine moderne (les paradigmes expérimentaux et anatomopathologique), je reviens sur les stratégies employées par le savoir-pouvoir médical afin de combattre les « affections » du « corps social ». En outre, j’analyse l’emploi discursif de catégories de pensée utilisées pour saisir les différences anthropologiques (sexe et race) dans les sciences médicales (psychiatrie, hygiène et racialisme), leur continuité par rapport à l’herméneutique théologique passée et l’adaptation subie par ces catégories européennes au Brésil, la portée d’un discours sur la dénaturation des sexes par la civilisation / modernisation. Enfin, j’étudie la portée d’un discours et la construction du mythe national fondé sur la constitution métisse de son peuple (Chauí : 2000). 

Mots-clés : histoire de la sexualité, épistémologie de la médecine, science colonial,  histoire du Brésil au XIXe siècle, race

Publications

Articles à des revues à comité de lecture

2020

« Teoria crítica, sujeitos políticos e a situação brasileira: entrevista com Vladimir Safatle »  (Théorie critique, sujets politiques et la situation brésilienne : entretien avec Vladimir Safatle). Revista de Filosofia Aurora. vol. 32, n. 57, déc. 2020. Coécrit avec D. Anton, F. Azeredo, M. Pisani, F. Ribeiro. lien

2019

« A filosofia a golpes de martelo de Elsa Dorlin: “Se defender” contra o terrorismo de Estado ». TEL Tempo, Espaço e Linguagem: Dossiê: Gênero, discursividades e transversalidades. v. 10 n. 2 , 2019. lien

2016

« Deleuze, Bergson e o inconsciente » (Deleuze, Bergson et l’inconscient). Revista Discurso (Qualis A1), (v. 46, n.2): 161-200, nov. 2016. lien

2015

« Anti-Édipo - (per)versão masoquista de ‘Deus está morto’: o amor problema segundo Deleuze » (L’anti-Oedipe, une version masochiste de Dieu est mort - l’amour problème selon Deleuze). Revista Ipseitas, v. 1, n. 1, jan. 2015. lien

2011

« Hábito e vida em Gilles Deleuze: considerações sobre os primeiros escritos das décadas de 1950 e 60 ». (L’habitude et la vie dans les premiers écrits de Gilles Deleuze -1950-1960). Revista Contextura, (v.3) : 59–66, 2011. lien

2009

« O conceito de individuação de Gilles Deleuze: estudo introdutório sobre seu recurso a Espinosa ». (Éssai sur le concept d’individuation dans les écrits de Gilles Deleuze sur Spinoza). Revista Humanidades em Diálogo, (v.3) : 157-173, 2009. lien

 

 

Contributions à des ouvrages collectifs

2018

« O corpo como lugar de inscrição do sofrimento social » (Le corps comme endroit d’inscription de la souffrance sociale) dans Patologias do Social, collectif dirigé par Christian Dunker, Nelson da Silva Jr. et Vladimir Safatle. Autêntica, 2018. Coécrit avec A. Carrenho, C. Ribeiro, D. Smid, D. Coppedé, L. Moreira, M. Musse, N. da Silva Junior, P. Ambra, R. Lima, R. Cossi, and S. de Carvalho Neto.

2017

« A psicanálise e o neoliberalismo: entrevista com Caterina Koltai, Christian Dunker, Maria Rita Kehl, Nelson da Silva Jr., Paulo Endo e Rodrigo Camargo »  (La psychanalyse et le néoliberalisme - entretien avec Caterina Koltai, Christian Dunker, Maria Rita Kehl, Nelson da Silva Jr., Paulo Endo e Rodrigo Camargo) dans Lavrapalavra - revue électronique, mars 2017. Coécrit avec D. Smidt, and P. Ambra. lien

2015

« Manifesto autocobaia – Notas sobre o corpo em Preciado » (Manifeste auto-cobaye - notes sur le corps dans l’ouvrage de Preciado) dans Revista Liminaridade, collectif dirigé par Coletivo Cartográfico, Núcleo Tríade et Daniel Luhman. (v.1) : 72–145, 2015. lien

 

 

Textes publiés sur internet

2015

« Corpo, escritura e filosofia em Preciado » (Corps, écriture et philosophie dans l’ouvrage de Preciado). Revista Geni - revue électronique, (v.24), 2015. lien

2015

« Úteros artificiais, prostíbulos reprodutivos e clonagem - A contrassexualidade de Preciado versus o prognóstico da dominação tecnológica masculina » (Des utérus artificielles, des bordels reproductifs et le clonage - la contra-sexualité de Preciado contre le pronostique de la domination technologique masculine). Revista Geni, (v.22), 2015. lien

 

 

Comptes-rendus d’ouvrages et notes de lecture

2019

« Se défendre, d’Elsa Dorlin – une philosophie à coup de marteau ». Revue Implications philosophiques. Publié le 21 janvier 2019. lien

2018

« Se defendre, de Elsa Dorlin – uma filosofia a golpes de martelo ». Publié en deux parties : le 03/08/18 et le 19/09/2018. lien

Publications en PDF