Claire Mélot | Doctorante associée

Ancien Membre
Pensées critiques au pluriel. Approches conceptuelles de la recherche en sciences sociales
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: melot  ( at )  cmb.hu-berlin.de Tél: +49(0) 30 / 20 93 70700

Institution principale : Université Toulouse – Jean Jaurès | Position : doctorante | Discipline : Philosophie |

Biographie

Claire Mélot est architecte et traductrice de l'allemand.
Doctorante en philosophie à l'Université Toulouse – Jean Jaurès, au sein de l'équipe de recherche Transversalités critiques et Savoirs Minoritaires, elle est doctorante associée au Centre Marc Bloch depuis 2019.
Après ses études d'architecture à l'ENSA Toulouse, l'ENSA Nantes, la Technische Universität Berlin elle a suivi la formation post-master du DPEA Architecture et Philosophie en 2012 (ENSA Paris La Villette) et a été lauréate en 2017 du programme Goldschmidt pour jeunes traducteurs littéraires. Elle travaille depuis 2009 avec le collectif d'architectes Collectif mit (Nantes) et collabore régulièrement comme artiste-auteure avec différentes structures socio-culturelles en France en Belgique et en Allemagne.
Depuis 2019, elle est ponctuellement chargée de cours à l'Institut für Kulturwissenschaft de l'Université Humboldt de Berlin grâce au dispositif Marc Bloch Seminare. (WS 2019-2020, WS 2020-21, WS 2021-2022)

Fichier avec CV
Bourse

bourse de recherche de courte durée du DAAD (09 -12/2018)

boursière du collège doctoral franco-allemand "Philosophies européennes contemporaines sur l'axe franco-allemand" DFH/UFA (09 - 12/2018 et 01 - 07/2019)

 

Sujet de recherche

Comment la notion d'assemblage informe et déforme désignations et perceptions de l'espace.

 

 

 

Titre de la thèse

Les moments de l’assemblage. Pour une autre phénoménologie de l’espace.

Résumé de la thèse

Que se passe-t-il dans l‘écart entre la richesse de nos expériences spatiales et le faible spectre de nos moyens d’expression pour les partager ? En ces temps de distorsions discours-réalité où les espaces de liberté se raréfient, il semble important de se demander comment sont façonnés nos rapports à l‘espace et où trouver des leviers pour conserver des qualités d‘ouverture à ceux-ci. De quels moyens d‘action disposons-nous pour nous rencontrer et partager un espace? Que disons-nous de l‘espace?

Nombre de termes dont nous disposons pour évoquer l‘espace sont issus de domaines bien spécifiques des sciences et servent d‘abord dans leurs champs respectifs à la mesure et à l‘évaluation. Que fait la prédominance de ces champs lexicaux dans nos quotidiens à nos pratiques, à nos expériences sensibles et à notre pensée sur, de et avec l‘espace? Et que font à notre liberté d‘usage et d‘expression, à un autre bout du spectre, la prédominance de discours sur l‘espace qui instrumentalisent lieux et usages à des fins économiques ou politiques? Si les espaces s‘inscrivent dans les corps et que nous sommes ces corps qui habitent ces espaces (souvent bien au-delà de leurs usages prescrits) ; que font les discours aux corps et aux espaces? De la conceptualisation au dessin et aux gestes de la construction, de ceux de l‘habiter à ceux de la destruction, les assemblages dans lesquels sont pris nos interactions avec l‘espace sont loin d‘être neutres.

Mobilisant la phénoménologie comme projet d‘attention à l‘expérience spatiale ; les plus récentes diversions issues des sciences studies ; et l‘exploration de pratiques des moments, gestes et figures de l‘assemblage en art et architecture, la recherche lancée par cette thèse pose la question de ce qu‘est un espace ouvert, ou en d’autres termes « accueillant ». Au delà de la question de savoir si il est possible de traiter de l’accueil comme notion ou comme concept philosophique, explorer ce que peut signifier l’accueil en philosophie, interroge le rapport axiomatique entre identité et espace. Si on admet une simultanéité d’identités multiples et leurs relations comme conditions des expériences spatiales, dit-on autre chose de l’espace ? L’architecture produit supposément des conditions d’un accueil. Or la remise en cause du pouvoir traditionnel de l'arkhè (pouvoir de) mène à quelque chose d’inquiétant pour l’architecte : le non-assemblé devient réalité… et à quelque chose d‘autrement inquiétant pour tout habitant d‘un espace conçu au sein de territoires en néolibéralisation croissante: le discours devient la réalité.

La thèse propose ainsi d‘aborder les gestes de l’assemblage comme un seuil d‘improvisation, comme moment où les choses se touchent, où s'inventent des figures ne répondant plus à un principe premier, ni causal, ni d’autorité. Des occupations troublantes de l’espace traversent l’horizon philosophique et architectural de cette recherche (la figure du tas, de l‘amas, du silence, ou encore de l‘eau comme espace de l‘inaccaparable). Ainsi, de l’espace grec excluant (Héraclite, Gorgias) à la notion de struction développée par Jean-Luc Nancy, et en passant par nombre de pratiques aux discours plus marginaux, la recherche explore des figures de l’assemblage et le projet politique de l‘accueil.

Institution de la thèse

Université Toulouse - Jean Jaurès

Directeur de thèse

Jérôme Lèbre

Organisation de manifestations

- Atelier transversal franco-allemand | ACCUEIL, HOSPITALITÉ, ESPACE(S) POLITIQUES
25 octobre 2019 Berlin, Salle G. Simmel, Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191 Berlin
Comité d'organisation: Claire Mélot (ERRAPHIS UT2J / CMB), avec Sara Minelli (EHESS / CMB) et Iwona Janicka (Aarhus IAS / CMB)
Partenaires: Laboratoire ERRAPHIS Université Toulouse Jean Jaurès/ Centre Marc Bloch Berlin


- Colloque Junior CIERA | Les rapports de pouvoir en littérature. Manifestations et mises en scène des formes de stigmatisation, de domination et de résistance dans l'espace littéraire
Journées d'étude les 6 - 7 et 25 mai 2021, en ligne
Comité d’organisation : Sarah Carlotta Hechler (FU Berlin/C), Claire Mélot (ERRAPHIS/TRANSMIS UT2J/CMB) et Claire Tomasella (EHESS/IRIS/CMB).
Partenaires: CIERA, CMB, Collège doctoral franco-allemand « Construire les différences : structure – ordre social – communication », EHESS, Laboratoire TRANSMIS (UT2J), Friedrich Schlegel Graduiertenschule für literaturwissenschaftliche Studien (FUBerlin), ZEIT-Stiftung, Collective for the Study of Cultural Circulation.
 

 

Les moments de l’assemblage. Pour une autre phénoménologie de l’espace.

Comment la notion d'assemblage informe et déforme désignations et perceptions de l'espace.

Publications

(à venir) L'espace comme relation. Texte, architecture, sculpture
pour les actes du Colloque « L’Écrit et le sculptural »
revue Textimage hiver 2021-2022

Alain Damasio, –se tenir debout dans l’ouvert: La horde du contrevent / Les furtifs
Diffrakting The Library, Diffrakt, Centre for theoretical periphery (2020)
URL : http://diffrakt.space/alain-damasio-la-horde-du-contrevent-les-furtifs/

(Dir.) Unda, (ré)-habiter le fleuve,
Éditions Aman Iwan, Paris (2019)
« Édito »; Préface « Unda »; « Traces », pp. 18-19, « Argiles Sensibles » avec A. Leloup et A. Fotinatos, pp. 48-57, « Havres et Passages » avec F. Bidaut, pp. 144-149, « Lexique CCLA », pp. 150-163
Disponible en ligne. URL: https://issuu.com/maisonregionaledelarchitecturedespa/docs/light_unda___collectifmit_amaniwan_vlanpaysages_ad/6

Le Mythe de l’homme derrière la technique, José Ortega y Gasset, avec Mathias Rollot et Frederic Bourgeois (traduction de>fr), éditions Allia, janvier 2016.