Claire Mélot | Doctorante associée

Pensées critiques au pluriel. Approches conceptuelles de la recherche en sciences sociales
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
Email: melot  ( at )  cmb.hu-berlin.de Tél: +49(0) 30 / 20 93 70700 or 70707
Site Web: http://http://

Institution principale : Université Toulouse – Jean Jaurès | Position : doctorante | Discipline : Philosophie |

Biographie

Claire Mélot est architecte et traductrice.
Elle est doctorante en philosophie au sein de l’équipe de recherche ERRaPhis (École doctorale Allpha, Université Toulouse – Jean Jaurès) et doctorante associée au Centre Marc Bloch depuis Juin 2018. Après ses études d'architecture (École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse, Technische Universität Berlin, ENSA Nantes ), elle a suivi la formation post-master du DPEA Architecture et Philosophie (ENSA Paris La Villette) et été boursière du programme Goldschmit pour jeunes traducteurs littéraires franco-allemands en 2017. Elle travaille en tant qu'architecte avec le collectif mit (Nantes) depuis 2009.

Fichier avec CV
Bourse

bourse de recherche de courte durée du DAAD (09 -12/2018)

boursière du collège doctoral franco-allemand "Philosophies européennes contemporaines sur l'axe franco-allemand" DFH/UFA (09 - 12/2018 et 01 - 07/2019)

Sujet de recherche

La notion d’accueil en philosophie et sa capacité à renouveler une approche de l'espace tant physique que politique.

Titre de la thèse

Les moments de l’assemblage. Pour une autre phénoménologie de l’espace.

Résumé de la thèse

Éclipsée par celle d’"hospitalité", la notion d’"accueil" n’a fait l’objet que de très peu de recherches en philosophie. Au delà de l’évolution actuelle du terme et ses spécificités (à la différence de celle d’ hospitalité, la notion d’accueil, n’hérite pas en français d’une tradition de filiation liant lieu et identité), la thèse étudie le paradoxe des discours contemporains célébrant le non-assemblé comme forme de coexistence et l’emprise pourtant toujours aussi dominante d’une architecture de la mise en ordre du monde (au sens d’un arkhè commandant aussi bien la forme physique, que sociale et politique de l’espace).

Partant du dépassement du rapport axiomatique entre identité et espace, la recherche s’intéresse à une actualisation de la phénoménologie de l'espace qui, depuis Husserl a dû admettre une simultanéité d’identités multiples et laisser place à des co-présences constitutives: une translation toujours en cours. Des a-topismes, errances ou exclusions de l’espace politique grec (Héraclite, Gorgias) à la troublante « struction » ébauchée par Jean-Luc Nancy, la recherche s’attachera à comprendre ce que la remise en cause de l'arkhè héritée de la déconstruction signifie pour l’architecture, dont on attend toujours la production des conditions d’un accueil. À travers une étude sur les moments de l’assemblage, la recherche s’attachera à étudier en quoi le défi de nommer le non-assemblé dépasse l’exercice linguistique et met en jeu non seulement ce que nous nommons espace&temps, nos relations, le monde, mais avant tout et avec une certaine urgence le projet social de l’acte de construire et notre capacité à faire société.

Le moment de l’assemblage, à l’échelle du geste en train de faire et de se faire, ne peut être saisi ni évalué: quelles sont les ressources théoriques et politiques de ce seuil, de ce moment où les choses se touchent, où s'inventent des figures ne répondant plus à un principe premier, ni causal, ni d’autorité? L’assemblage interroge la matérialité et l'action qui le constitue, en un « éclatement de l’apparaître qui ne laisse aucune possibilité de rassemblement »(Nancy, Barrau) mais qui est paradoxalement l’une des pistes pour penser les récits philosophiques de la pluralité.

Institution de la thèse

Université Toulouse - Jean Jaurès

Directeur de thèse

Jérôme Lèbre

Les moments de l’assemblage. Pour une autre phénoménologie de l’espace.

La notion d’accueil en philosophie et sa capacité à renouveler une approche de l'espace tant physique que politique.

Publications

Le Mythe de l’homme derrière la technique, José Ortega y Gasset, avec Mathias Rollot et Frederic Bourgeois (traduction de>fr), éditions Allia, janvier 2016.

 

 


An-Institut

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin