Léa Barbisan Doctorante



Institution principale
Université Paris-Sorbonne
Discipline
Esthétique

Dates de séjour : du 06.10.2010 à 30.09.2015
Fichier avec CV


Bourse

2014-2015 : ATER à l'Université Rennes 1
2013-2014 : Bourse de la Studienstiftung des Abgeordnetenhauses zu Berlin
2010-2013 : Contrat doctoral (Paris IV) avec mission d'enseignement (Humboldt Universität zu Berlin)


Sujet de recherche

Walter Benjamin, Théorie critique, Phénoménologie, Esthétique des avant-gardes, Corporéité


Titre de la thèse
Le corps en exil. Le corps dans la pensée de Walter Benjamin
Résumé de la thèse

Ma thèse de doctorat porte sur la réflexion sur le corps dans l’œuvre de Walter Benjamin. Elle part du constat que le problème psycho-physique et la réflexion autour du corps, de sa conceptualisation philosophique et de ses représentations artistiques, constituent un fil rouge dans l’ensemble de l’œuvre de Benjamin. Benjamin écrit dans le contexte d'un intérêt croissant pour la corporéité au tournant du siècle : la philosophie, l'ethnologie, la psychanalyse, l'esthétique et un ensemble de pratiques artistiques, en particulier théâtrales et cinématographiques, proposent une réflexion renouvelée sur le corps. Benjamin se confronte à ce thème sous différentes formes – dans ses théories de l’allégorie baroque et du symbole romantique, dans ses analyses sur le comportement mimétique des enfants, ou encore dans son utopie politique d’un corps collectif révolutionnaire, d'inspiration marxiste et surréaliste. Mon travail propose d'articuler, autour de cette charnière, esthétique, anthropologie et théorie politique dans l’œuvre de Walter Benjamin, et d'explorer la façon dont les analyses de Benjamin sur ce sujet s’inscrivent dans des problématiques balisant les espaces culturels français et allemand au début du XXème siècle.


Directeur de thèse

Prof. Dr. Gérard Raulet