Morgane Walter | Assoziierte Doktorandin

Ehemaliges Mitglied
Kritisches Denken im Plural. Begriffliche Wege der Sozialforschung
Centre Marc Bloch, Friedrichstraße 191, D-10117 Berlin
E-Mail: morgane_walter  ( at )  hotmail.fr Tel: +49(0) 30 / 20 93 70700 or 70707

Mutterinstitut : Paris 1 Panthéon-Sorbonne / ED441 / HiCSA | Position : Doktorandin in Kunstgeschichte | Fachbereich : Kunstgeschichte |

Lebenslauf als Datei
Stipendium

10.2014 - 10.2017 : "Contrat doctoral" der ED 441 Histoire de l’Art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

Februar-März 2016 : Stipendium vom CIERA – "Aide doctorale partielle pour un séjour de recherche" 

Forschungsthema

Dès 1945, la reconstruction concerne tous les domaines, l’histoire de l’art ne fait pas figure d’exception. Après la totale réécriture de l’histoire de l’art des origines à 1933 opérée par le nazisme, et notamment de l’histoire des avant-gardes, il a fallu, de la même manière, réécrire une nouvelle histoire de l’art moderne allemand après la chute du régime. C’est précisément cette nouvelle phase de réécriture qui constitue le cœur de cette étude. Les principaux artisans de la défense de l’art moderne sont sans aucun doute Will Grohmann et Werner Haftmann. Will Grohmann est le premier critique à écrire sur Klee, Kandinsky ou encore Baumeister avant 1933, ce qui fait de lui le premier historien de l’expressionnisme, vu a posteriori comme un précurseur ayant fait le lien entre l’avant et l’après nazisme. Avec son jeune collègue Haftmann, ils sont les acteurs essentiels de l’établissement et le succès de ces artistes après 1945, dans un contexte d’occupation puis de Guerre Froide. Dans le même temps, les gouvernements militaires alliés mènent une vaste politique de réhabilitation des artistes diffamés sous le régime nazi, et érigent en une sorte de canon les artistes dégénérés et certains émigrés intérieurs. On peut donc voir des dynamiques convergentes entre les démarches des critiques et théoriciens allemands en faveur de l’art moderne et de l’abstraction, et celles des forces d’occupations, ce qui pourrait expliquer en partie le succès des premiers.

Une place toute particulière est accordée au rôle des trois premières documente de Kassel de 1955, 1959 et 1964. Elles détiennent une forte valeur programmatique, de même que les textes introductifs et discours inauguraux rédigés par Werner Haftmann – très impliqué dans l’élaboration intellectuelle et scientifique de chaque documenta. Ces introductions sont basées sur ses goûts personnels, caractérisés par un certain mépris pour Dada et la nouvelle objectivité, tandis que l’abstraction semble être la seule voie valable. Le discours tenu par les organisateurs, visible aussi bien dans la scénographie que dans les textes, est de montrer au monde que l’Allemagne est non seulement capable de produire des œuvres abstraites de qualité, mais encore de fournir les prochaines avant-gardes de l’art occidental. L’année 1964 est fixée comme limite chronologique, car il s’agit de la troisième documenta, la dernière organisée par le duo Bode-Haftmann. Il s’agit à la fois de la fin d’une conception de la documenta propre à Haftmann et du début de l’ouverture de l’art allemand vers l’international dans ses discours inauguraux. 

L’histoire de l’art moderne écrite dans les vingt premières années après la fin de la Seconde Guerre mondiale a permis, paradoxalement peut-être, à l’art ouest- mais aussi est-allemand de connaître un succès immense sur la scène artistique occidentale dans les années 1970, et elle perdure en partie encore jusqu’à nos jours. L’un des principaux objectifs de ce travail de doctorat est de déconstruire ce récit et la notion même d’art moderne telle qu’elle a été définie par les théoriciens et critiques d’art, et de d’expliquer son succès dans les décennies suivantes.

Titel der Dissertation

"Die Kunst ist abstrakt geworden" : ein Neuschreiben der modernen Kunstgeschichte in der Bundesrepublik Deutschland (1945-1964)

Zusammenfassung der Dissertation

Dès 1945, la reconstruction concerne tous les domaines, l’histoire de l’art ne fait pas figure d’exception. Après la totale réécriture de l’histoire de l’art des origines à 1933 opérée par le nazisme, et notamment de l’histoire des avant-gardes, il a fallu, de la même manière, réécrire une nouvelle histoire de l’art moderne allemand après la chute du régime. C’est précisément cette nouvelle phase de réécriture qui constitue le cœur de cette étude. Les principaux artisans de la défense de l’art moderne sont sans aucun doute Will Grohmann et Werner Haftmann. Will Grohmann est le premier critique à écrire sur Klee, Kandinsky ou encore Baumeister avant 1933, ce qui fait de lui le premier historien de l’expressionnisme, vu a posteriori comme un précurseur ayant fait le lien entre l’avant et l’après nazisme. Avec son jeune collègue Haftmann, ils sont les acteurs essentiels de l’établissement et le succès de ces artistes après 1945, dans un contexte d’occupation puis de Guerre Froide. Dans le même temps, les gouvernements militaires alliés mènent une vaste politique de réhabilitation des artistes diffamés sous le régime nazi, et érigent en une sorte de canon les artistes dégénérés et certains émigrés intérieurs. On peut donc voir des dynamiques convergentes entre les démarches des critiques et théoriciens allemands en faveur de l’art moderne et de l’abstraction, et celles des forces d’occupations, ce qui pourrait expliquer en partie le succès des premiers.

L’histoire de l’art moderne écrite dans les vingt premières années après la fin de la Seconde Guerre mondiale a permis, paradoxalement peut-être, à l’art ouest- mais aussi est-allemand de connaître un succès immense sur la scène artistique occidentale dans les années 1970, et elle perdure en partie encore jusqu’à nos jours. L’un des principaux objectifs de ce travail de doctorat est de déconstruire ce récit et la notion même d’art moderne telle qu’elle a été définie par les théoriciens et critiques d’art, et de d’expliquer son succès dans les décennies suivantes.

Betreuer

Dr. Prof. Philippe DAGEN

Organisation von Veranstaltungen

26.09.2017 : Tagung : Die Künste-kritik : gekreuzte Blicke zwischen Frankreich, die BRD und die DDR in den 60er-80er Jahre. Paris, INHA.

2016 : Mitorganisierung des Forschungskolloquiums am Centre Marc Bloch, Berlin (Sommersemester 2015-2016, Jahr 2016-2017)

2015 : Co-begründerin und Sekretärin der Assoziation « Absolument Contemporain » Asso der Doktoranden in zeitgenossische Kunstgeschichte an die Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Organisierung eines doktoranden Seminar im Jahr 2015-2016 am Institut National d’Histoire de l’Art – http://abscont.hypotheses.org .

"L'art est devenu abstrait" : l'écriture d'une histoire de l'art moderne en République Fédérale Allemande (1945-1964)

Dès 1945, après la réécriture complète de l’histoire de l’art des origines à 1933 opérée par le nazisme, et notamment de l’histoire des avant-gardes, il a fallu, de la même manière, réécrire une nouvelle histoire de l’art moderne allemand après la chute du régime, dans un contexte d’occupation puis de guerre froide. C’est précisément cette nouvelle phase de réécriture qui constitue le cœur de cette étude. Les principaux artisans de la défense de l’art moderne sont sans aucun doute Will Grohmann et Werner Haftmann. Dans le même temps, les gouvernements militaires alliés mènent une vaste politique de réhabilitation des artistes diffamés sous le régime nazi. On observe alors des dynamiques convergentes entre les démarches des critiques allemands en faveur de l’art moderne et abstrait, et celles des forces d’occupation. Une place toute particulière est accordée au rôle des trois premières documenta de Kassel (1955, 1959 et 1964), qui détiennent une forte valeur programmatique, sous l’impulsion de Werner Haftmann. Le discours tenu par les organisateurs est de montrer au monde que l’Allemagne est non seulement capable de produire des œuvres abstraites de qualité, mais encore de fournir les prochaines avant-gardes de l’art occidental. L’un des principaux objectifs de ce travail de doctorat est de déconstruire ce récit et la notion même d’art moderne telle qu’elle a été définie par les théoriciens et critiques d’art, et de d’expliquer son succès dans les décennies suivantes.

Publikationen

KOLLOQUIEN

Internationales Kolloquium : « Politics, State Power and the Making of Art History in Europe after 1945 », Madrid, 18.-20. Juni 2015.

Vortrag : «The Allies cultural policies in Germany after 1945: between «re- education » and cultural politisation »  Wird veröffentlicht.

Kolloquium : « Guerres, transgression et sociétés », Lyon, 27.-28. Mai 2015.

Vortrag : « Le phénomène d’émigration intérieure en Allemagne sous le nazisme » Wird veröffentlicht im Jahre 2016. 

REZENSIONEN 

Timo Saalmann, Kunstpolitik der Berliner Museen 1919-1959, in : Regards Croisés [online], veröffentlichit am 16. Februar 2016. URL : http://hicsa.univ- paris1.fr/documents/pdf/Regards%20croises/Regards%20croises_4/03_5_RC_4_Walter.pdf

« Oskar Schlemmer, Lettres et journaux », Critique d’art [online], veröffentlicht am 15. November 2015. URL : http://critiquedart.revues.org/17640

Irina Kirchberg, Alexandre Robert, «Faire l’art. Analyser les processus de création artistique», Lectures [online], Les comptes rendus, 2015, veröffentlicht am 9. März 2015 : http://lectures.revues.org/17416 

BUCH

DUVETTE Charlotte, VOLLE Hadrien, WALTER Morgane, Intérieurs parisiens. L’art d’habiter la capitale du Moyen Âge à nos jours, Éditions parigramme.  Wird im Oktober 2016 veröffentlicht. 


An-Institut

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin

© Centre Marc Bloch 2018 - Deutsch-Französisches Forschungszentrum für Sozialwissenschaften, Berlin